fondation d'entreprise

Tout accomplissement commence par la décision d’essayer

LE PRIX DE LA FONDATION 2014

Le 19 novembre 2014, Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France, et Bernard Ramanantsoa, Directeur Général d’HEC Paris, ont remis le Prix 2014 de la Fondation ManpowerGroup / HEC Paris.


Le Choc des capitalismes:

Daniel Pinto 286 pages, Odile Jacob

Co-fondateur et PDG de Stanhope Capital, l’un des principaux groupes indépendants de gestion d’actifs et de conseil en Europe, Daniel Pinto est diplômé de Sciences-Po et de la Harvard Business School. Également fondateur de New City Initiative, un think tank visant à remettre la finance au service de l’économie, il siège aux conseils d’administration et comités d’investissements de plusieurs sociétés à travers le monde.

Ce livre part d’un constat simple : né en Occident, le capitalisme entrepreneurial a changé de camp. Aujourd’hui, les créateurs d’entreprises et les capitaines d’industrie visionnaires ne se trouvent plus aux États-Unis ni en Europe, mais en Inde, en Chine ou au Brésil. Les patrons occidentaux se sont transformés en producteurs de résultats trimestriels asservis à un actionnariat financier évanescent. En perdant le lien émotionnel entre l’actionnaire et l’entreprise, notre capitalisme se suicide à grande vitesse.

L’Occident est-il donc condamné à perdre la partie face aux puissances émergentes ? Pourquoi ne serions-nous pas capables de retrouver le 'mode d’emploi' de la croissance ?

Le management des réseaux

Tisser du lien social pour le bien-être économique

CHRISTOPHE ASSENS 168 pages, De Boeck

Christophe Assens est Maître de conférences à l'Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines où il occupe les fonctions de Directeur adjoint du laboratoire de recherche en management Larequoi, au sein de l'Institut Supérieur de Management. Il est l'auteur d'un grand nombre de publications académiques sur les stratégies de coopération, la gouvernance des réseaux, les conflits d'intérêts dans la gestion d'un bien commun. Il intervient comme conférencier dans des entreprises (Oxylane, InVivo, Crédit Mutuel...) et encadre des thèses de doctorat en sciences de gestion, sur ces thématiques.

Comment sortir de la crise politique, morale et économique, qui sème le doute sur la pérennité du capitalisme ? À une période de grands bouleversements où la finance sert de dogme pour la performance, où l’entreprise perd ses points de repère, où les pouvoirs publics n’ont plus de marge de manoeuvre, il est temps de réfléchir à un nouveau pacte social dans l’économie de marché. Est-il possible d’adopter des comportements moins individualistes, pour produire des richesses ? Est-ce que la cohésion sociale est préservée dans l’entreprise par une gouvernance plus démocratique, dans des territoires à taille humaine, en multipliant les collaborations de proximité ?

Le travail invisible

Enquête sur une disparition

Pierre-yves gomez 253 pages, François Bourin Editeur

Pierre-Yves Gomez est professeur de stratégie à EMLYON Business School et dirige aujourd'hui l'Institut Français de Gouvernement des Entreprises. Spécialiste du lien entre l’entreprise et la société, il est l’auteur de nombreux livres et articles académiques. Son engagement au service du politique l’amène à intervenir régulièrement dans le débat public sur les questions de responsabilité économique.

Voilà trente ans que l’on nous fait la promesse d’une société où l’on ne travaillerait plus [...], une société dont la devise serait "du pain et des jeux". L’esprit de rente est l’opium du peuple. Un puissant narcotique pour gouverner une société indolente où des magiciens divertissent les travailleurs et les font disparaître. Pendant ce temps, les nouveaux capitaines du monde ont imposé leurs cartes, leurs mesures et leurs desseins grâce à un savoir mystérieux et terriblement efficace, "la finance"

Mais la solution se profile déjà. La crise montre que les travailleurs aspirent à être reconnus comme des sujets et non de simples opérateurs. Dans la vraie vie, le travail peut être pénible et fatiguant, mais il est aussi stimulant et enrichissant. Dans la vraie vie, le travail est vivant.