fondation d'entreprise

"Tout accomplissement commence par la décision d’essayer"

retour

La Machine à Trier
comment la france divise sa jeunesse de Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Olivier Galland et André Zylberberg.

résumé

Les auteurs de "La Machine à trier : Comment la France divise sa jeunesse" tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme : deux ans après la publication de leur ouvrage, ils constatent dans cette édition augmentée d’une nouvelle préface que leur diagnostic reste malheureusement le même.

Pire, “l’écart entre les deux jeunesses – notamment en fonction du niveau d’études – ne s’est pas comblé, loin de là”, expliquent les économistes Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo et André Zylberberg et le sociologue Olivier Galland. Les quatre auteurs analysent sans concession les mesures gouvernementales pour les jeunes et font apparaître un clivage très net entre deux jeunesses : l’une, diplômée, qui s’en sort, et l’autre, fragilisée et à la dérive. Ils décrivent la triple peine, subie par cette dernière : un système scolaire creusant les inégalités, un marché du travail clivant, un système social ignorant ceux qui en ont le plus besoin. Refusant toute fatalité, l’ouvrage s’évertue aussi à proposer de profondes transformations pour faire enfin baisser de manière structurelle le chômage des jeunes et combler ainsi ce fossé béant entre ces deux jeunesses d’un même pays.

Les auteurs
Pierre Cahuc est Professeur d’économie à l’Ecole Polytechnique, directeur du laboratoire de macroéconomie du Centre de Recherche en Economie et Statistique (CREST) de l’INSEE.
Stéphane Carcillo est Maître de conférences à l’université de Paris I Sorbonne, et professeur associé au département d’économie de l’IEP de Paris. Olivier Galland est Directeur de recherche au CNRS, directeur du Groupe d’Etude des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne (GEMASS). Directeur de recherche au CNRS, directeur du Groupe d’Etude des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne (GEMASS). André Zylberberg est Directeur de recherche au CNRS, membre du Centre d’Economie de la Sorbonne (CES) et de l’Ecole d’Economie de Paris.